Nous venons à toi dans la prière, Seigneur,
et c’est une manière de faire place
à un Autre que nous-mêmes.

Nous venons à toi
et c’est une manière de libérer notre regard
de ce qui l’encombre,
une manière de nous délier
du manque de confiance, de la lâcheté ou de la colère
qui nous retiennent attachés.

Là où nous sommes tentés
de nous replier sur notre amertume,

ouvre-nous à la tendresse qui est en toi !

Là où nous nous crispons sur l’attente d’être aimés,
emmène-nous vers la générosité qui porte la joie !

Là où nous avons peur de manquer
donne-nous de regarder ce manque
comme une source de fécondité ! 

Notre prière, Seigneur,
c’est aussi une manière
d’accompagner les situations douloureuses
et de rendre grâce pour les situations heureuses.

Nous nommons aujourd’hui devant toi
ceux et celles qui vivent un temps d’éclatement
et de remise en question,
un temps de deuil ou de maladie…

Nous nous réjouissons avec ceux et celles
qui reprennent pied

et qui ont des envies pour demain.

Garde-nous accueillants
à ceux et celles qui cherchent leur voie
et vivre leur foi autrement que nous !

Préserve-nous de toute suffisance
et donne-nous plutôt de témoigner
de la largesse du regard
que tu poses sur chaque être humain,
ce regard que nous accueillons maintenant
en te disant Notre Père…

 

Lytta Basset, Francine Carrillo, Suzanne Schell
Traces Vives
Paroles liturgiques pour aujourd’hui
Editions Labor et Fides